• 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • SOCIÉTÉ SAVANTE D’HOMÉOPATHIE

  • PROMOUVOIR L’EXERCICE MÉDICAL DE L’HOMÉOPATHIE

  • FAVORISER LA RECHERCHE DANS LES DOMAINES MÉDICAUX

  • PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES CONCERNANT L’HOMÉOPATHIE

Revue systématique et méta-analyse d’essais randomisés de traitements homéopathiques individualisés contrôlés autrement qu’avec placebo.

Revue systématique et méta-analyse d’essais randomisés de traitements homéopathiques individualisés contrôlés autrement qu’avec placebo.

Robert T. Mathie1, Susanne Ulbrich-Zürni2, Petter Viksveen3, E. Rachel Roberts1, Elizabeth S. Baitson1, Lynn A. Legg4, Jonathan R. T. Davidson5

1  Homeopathy Research Institute, London, United Kingdom

2  Department of Research, Swiss Homeopathy Association, Zürich, Switzerland

3  Faculty of Health Sciences, University of Stavanger, Stavanger, Norway

4  Department of Biomedical Engineering, University of Strathclyde, Glasgow, United Kingdom

5  Department of Psychiatry and Behavioral Science, Duke University Medical Center, Durham, North Carolina, United States

Abstract

Contexte : Cette étude est consacrée à des essais cliniques randomisés contrôlés (RCTs) de traitements homéopathiques individualisés (THI) pour lesquels le groupe contrôle (de comparaison) utilisait autre chose que du placebo (OTP). Son objectif est d’évaluer l’efficacité de traitements homéopathiques individualisés sur l’état de santé d’adultes et d’enfants pour des pathologies étudiées grâce à une ou plusieurs études contrôlées autrement qu’avec placebo. Pour identifier les risques de biais, il a été déterminé pour chaque étude si elle avait une caractère plutôt ’pragmatique’ ou plutôt ‘explicatif’. En utilisant la méthodologie des revues systématiques. Pour chaque étude éligible, publiée dans une revue à comité de lecture jusqu’à fin 2015, nous avons estimé les risques de biais (validité interne) grâce à l’outil « Cochrane seven-domain », et son caractère relatif pragmatique ou explicatif (validité externe) avec l’outil « PRECIS 10-domain ». Nous avons regroupé les études consacrées au THI utilisé en traitement alternatif (études Ia), celles où le THI était adjoint à un autre traitement (études Ib), et celles où le THI était comparé à un groupe sans traitement du tout (II). Pour chaque RCT nous avons identifié un ‘indicateur principal de résultat’ à utiliser pour la méta-analyse : ‘l’effet relatif à la taille’ a été rapporté comme odds ratio (OR ; une valeur>1 est en faveur de l’homéopathie) ou la différence moyenne standardisée (SMD ; une valeur<0 est en faveur de l’homéopathie).

Résultat : Onze RCTs, représentant 11 pathologies cliniques différentes ont été éligibles pour l’étude. Cinq de ces RCTs (dont quatre au format Ib) ont été jugées plutôt pragmatiques, deux plutôt explicatives et quatre autant pragmatiques qu’explicatives. Dix essais ont été estimés à haut risque de biais, une des ces études, pragmatique au format Ib, n’avait comme unique risque de biais que l’insu des participants (biais intrinsèque à ce genre d’études) ; l’autre étude a été estimée globalement avec un ‘risque incertain de biais’. Huit études ont fourni des données extractibles pour analyse : quatre essais hétérogènes du format Ia avaient un OR non significatif statistiquement ; de façon collective trois essais cliniquement hétérogènes au format Ib ont présenté un SMD en faveur du THI adjuvant ; dans l’essai restant, au format Ia, le THI n’était pas inférieur à la Fluoxetine dans le traitement de la dépression.

Conclusions : Du fait de la faible qualité, du petit nombre et de l’hétérogénéité des études, les données actuelles empêchent toute conclusion définitive sur l’efficacité comparée des traitements homéopathiques individualisés. La généralisation de ces résultats est cependant soumise à la variabilité de la validité externe : l’étude la plus pragmatique étant celle d’un traitement homéopathique individualisé adjuvant. A l’avenir les études en homéopathie contrôlées autrement qu’avec placebo devraient autant que possible promouvoir à la fois leur validité externe et leur validité interne.


Systematic Review and Meta-Analysis of Randomised, Other-than-Placebo Controlled, Trials of Individualised Homeopathic Treatment | Request PDF. Available from: https://www.researchgate.net/publication/327104294_Systematic_Review_and_Meta-Analysis_of_Randomised_Other-than-Placebo_Controlled_Trials_of_Individualised_Homeopathic_Treatment [accessed Aug 28 2018].

ARTICLE Drs Florence COURTENS et Mourad BENABDALLAH

Le système olfactif pourrait-il être la cible des médicaments homéopathiques se comportant comme des nanomédicaments ?

Cet article nous invite à nous intéresser à l’extrême sensibilité du système olfactif, liée à ses nombreux récepteurs olfactifs situés à la fois dans la cavité nasale mais aussi sur tous les organes, avec des fonctions autres que la reconnaissance d’une odeur. La présence d’un tissu lymphoïde dans la paroi nasale peut générer une réponse immune systémique, forte et durable. Les nanoparticules peuvent directement accéder au cerveau soit en franchissant la barrière hémato-encéphalique soit en remontant le long des nerfs comme le nerf olfactif ou le nerf trijumeau. Le système olfactif devient donc une cible potentielle pour les remèdes homéopathiques en raison des molécules odorantes qui les composent et/ou des nanostructures présentes dans les hautes dilutions. Il permet d’expliquer une action locale (récepteurs olfactifs ectopiques), immunitaire (NALT), psychique (accès direct au cerveau), hormonal (sensibilité des récepteurs hormonaux aux molécules odorantes et possibilité d’un accès direct à l’hypothalamus).

https://www.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/acm.2018.0039

 

ARTICLE LEX RUTTEN

Des statistiques faussées et de la science pour confirmer les paradigmes existants

Journal of Evaluation in Clinical Practice

Date de première publication : 30 Mars 2018

Abstract

Background : une partie de la communauté scientifique estime que les méthodes improbables ne peuvent avoir d’effet réel et que leur preuve épidémiologique ne peut être qu’un faux positif.

Discussion : L’homéopathie est considérée comme l’exemple type de méthode improbable dont les preuves ne peuvent être que des faux positifs. Cependant une confirmation épidémiologique est nécessaire pour asseoir cette hypothèse du placebo. L’invraisemblance sert de prétexte pour sélectionner une partie des études de façon rectificative, même si les critères de sélection utilisés alors sont assez inhabituels en médecine conventionnelle. L’utilisation dans ce cas du théorème de Bayes, uniquement pour démontrer une faible probabilité posée comme un à-priori, est une utilisation biaisée de ce théorème.

Conclusion : Exiger des preuves scientifiques pour ensuite les rejeter avec une sélection après-coup des essais et avec des statistiques faussées n’est que la démonstration d’un refus de réviser les paradigmes existants.

Pour accéder à la publication de l’article :

https://onlinelibrary.wiley.com/action/doSearch?AllField=10.1111%2Fjep.12922+&

 

Dr Marcus Zulian Teixeira - Dossier "Scientific Evidences for Homeopathy"

Le Dr Marcus Zulian Teixeira, brésilien, est spécialiste en pharmacologie clinique et en essais cliniques à l’Université de Sao Paul. Il a réalisé ce dossier, avec le concours des associations brésiliennes d’homéopathie, pour la Chambre Technique d’Homéopathie de l’état de Sao Paulo. En voici la version anglaise. Ce dossier reprend la place et l‘intégration de la médecine homéopathique dans le système général de santé, puis cite un échantillonnage d’études de bonne qualité destinées à évaluer les différents aspects de l’homéopathie : les principes de similitude, d’individualisation des traitements, les hautes dilutions, les méthodologies des pathogénésies et enfin des essais cliniques et méta-analyses évaluant les traitements homéopathiques eux-mêmes.A lire ici

Le docteur Michel Van Wassenhoven, et son équipe de recherche DYNHOM ...

Le docteur Michel Van Wassenhoven, et son équipe de recherche DYNHOM, viennent de publier un premier article sur leurs travaux en cours dans la revue Homeopathy. Il est consacré à la mise en évidence de signatures caractéristiques de deux médicaments homéopathiques : le métal Cuprum metallicum et la plante Gelsemium sempervirens grâce à leur Résonance Magnétique Nucléaire (NMR), et ceci même quand ces derniers sont en hautes dilutions. En effet ces médicaments dilués/dynamisés ont des signaux NMR spécifiques, et ils ont pu nettement différencier leurs résultats avec et sans dynamisation.

Nuclear Magnetic Resonance characterization of traditional homeopathically-manufactured copper (Cuprum metallicum) and a plant (Gelsemium sempervirens) medicines and controls

 Pour en savoir plus :

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S147549161730067X

UA-156467739-1