NEWSLETTER JUIN 2022

Chères consœurs, chers confrères,

Il est important de garder l'espoir malgré la période difficile que nous traversons, à tous points de vue. La richesse et la profondeur de l'homéopathie, ses apports pour faire face aux menaces sanitaires et sociétales qui nous guettent, ne sont pas en tête d’affiche dans les médias grand public, mais restent très présents dans les esprits de nos patients. C'est donc pour eux qu'il faut rester investis et actifs. Pour que les homéopathes actuels puissent continuer de soigner, pour que de nouveaux homéopathes soient formés, avec la même exigence de qualité de formation et de pratique, pour que les travaux de recherche en homéopathie soient reconnus dans un cadre et avec des méthodologies adaptés à sa spécificité.

Ce sont les missions de la Société savante, et avec le soutien de tous ses membres elle continuera encore cette année de porter l'expertise homéopathique.

Dr Hélène Renoux au nom du conseil d'administration de la SSH

 

Lire la Newsletter dans son intégralité

 

Campagne de critiques contre l'homéopathie

Chers confrères,

Vous avez sans doute remarqué la nouvelle campagne médiatique contre l'homéopathie qui se répand depuis quelques jours.

Elle a été déclenchée par une parution du British Medical Journal (https://ebm.bmj.com/content/early/2022/01/30/bmjebm-2021-111846 ) dont le propos est de discréditer les études publiées en faveur de l'homéopathie parce qu'il y aurait un biais de sélection, les travaux positifs seraient publiés préférentiellement. En réalité, cela est le cas en général pour toutes les publications scientifiques, seules 50% des études réalisées sont publiées, et en fait l'homéopathie serait plus vertueuse en la matière que les autres branches de la médecine, ce qui montre comment on déforme la réalité pour induire nos patients en erreur et leur faire douter d'une thérapeutique qui peut leur apporter beaucoup.

Voici l'analyse (bien référencée) faite par le HRI à ce sujet : https://www.hri-research.org/fr/2022/03/commentaire-du-hri-sur-larticle-du-bmj-evaluant-le-biais-de-notification-dans-les-essais-cliniques-de-lhomeopathie/

Ce travail pourra vous aider, si nécessaire, à argumenter en faveur de notre pratique, et surtout à dénoncer les mauvais procès dont elle est victime.

Bien cordialement.

Dr Hélène Renoux pour le conseil d'administration de la Société Savante d'Homéopathie

P.S. : Rejoignez-nous en cliquant sur "Adhésion 2022", si ce n'est pas déjà fait.

 

NEWSLETTER FEVRIER 2022

Le Professeur Montagnier : un scientifique novateur et découvreur. Un homme courageux

PR

 Capture d'écran CNews

A l'occasion du décès du Professeur Montagnier, et pour rendre hommage au scientifique novateur et à l'homme courageux qu'il fut nous voudrions retracer son long chemin de travaux et de découvertes.

Il y a deux périodes dans sa carrière. La première, celle du spécialiste de l’ARN, l’a conduit au prix Nobel en 2008. La seconde, après 2010, a été celle de combats humainement très dignes, intellectuellement très courageux et qui l’a conduit, avec une grande honnêteté, à aller à contre-courant de la « vérité » médicale et scientifique officielle, en particulier au sujet du coronavirus du SARS Cov2, de son origine, et des problèmes posés par les vaccins à ARNm.

Très jeune, en 1960, Luc Montagnier rentre au CNRS pour travailler sur la biologie moléculaire et 3 ans plus tard il découvre en Angleterre la possibilité qu’ont les virus à ARN de se répliquer, comme la molécule d’ADN, en produisant un brin complémentaire (double hélice). En France, utilisant astucieusement le travail de Rous sur le virus du sarcome, il démontre que ce rétrovirus peut intégrer son patrimoine génétique dans l’ADN des cellules infectées. Le dogme de la biologie moléculaire de Monod, Lwoff et Jacob, celui de la transcription unidirectionnelle ADN-ARN-protéine est remise en cause. C’est sur proposition de Jacques Monod qu’il crée à l’Institut Pasteur une unité d’oncologie virale consacrée à l’étude des oncornavirus. Il est rejoint par Jean-Claude Chermann et sa collaboratrice Françoise Barré-Sinousi et ils se consacrent à la recherche de rétrovirus susceptibles d’infecter les cellules humaines C’est ainsi qu’ils découvrent en 1983 le LAV dans les ganglions d’un malade atteint du Sida. Ils réussiront, après de longues séquences d’échange-collaboration-lutte avec l’équipe de Gallo aux USA (Jean Claude Schermann avait envoyé en 1983le virus LAV à Gallo pour une coopération entre les deux équipes américaine et française) à démontrer son implication dans le Sida. Le Professeur Montagnier et son équipe travailleront à la mise au point d’un test sérologique du virus et ils découvriront quelques années plus tard une nouvelle forme du virus en Afrique. Il cessera de travailler en France en 2001 et recevra avec Françoise Barré Sinousi, le prix Nobel de Médecine en 2008. Montagnier regrettera que le Professeur Schermann, qui avait été également une tête pensante et un acteur de ces recherches ne soit pas également Prix Nobel.

Lire la Newsletter dans son intégralité

 

L’agro-homéopathie systémique : une nouvelle approche de l’agriculture

Di Lorenzo F, Dinelli G, Marotti I, Trebbi G. Systemic Agro-Homeopathy: A New Approach to Agriculture. OBM Integrative and Complementary Medicine 2021;6(3):13; doi:10.21926/obm.icm.2103020.

Résumé :

L’agriculture moderne doit répondre aux nouveaux besoins de la société en termes de qualité de la nourriture et de questions environnementales liées à la production (biodiversité, habitat, qualité de l’air et de l’eau, changements climatiques). Dans ce contexte des solutions « gagnant/gagnant » sont à trouver, avec une production durable, une réduction des pollutions de l’air, de l’eau et du sol, dans un contexte de perte de la biodiversité et des ressources naturelles. Pour répondre à ces défis une discipline émergente nommée « agrohoméopathie systémique » est actuellement développée. Cette approche considère les plantes et leurs interactions avec l’environnement comme un agrosystème unifié, appelé « holon » pour lequel on utilise des substances en hautes dilutions qui sont sans danger pour les fermiers, et qui n’ont pas d’effets indésirables sur l’écologie. Cet article décrit les principes et les applications de cette approche

001.png

Mots-clés :

Agro-homéopathie systémique ; agro-écosystèmes; holon; métabolites secondaires ; similarité métabolique

Pour en lire plus :  https://www.lidsen.com/journals/icm/icm-06-03-020?fbclid=IwAR0P5JN9j2uNY1ivVLyCCcwkybZY7nAQKJAzQSH6RmTWJGEEH7SeGHC45J4

Télécharger le document

Analyse du génie épidémique Covid-19

La pandémie de Covid 19 qui frappe le monde a permis aux médecins homéopathes de mettre en oeuvre la démarche hahnemannienne d’étude du « génie épidémique » de la maladie, permettant à partir des cas observés, de sélectionner un ou plusieurs médicaments homéopathiques les plus similaires au tableau clinique de la majorité des personnes atteintes, et secondairement, comme le recommandait Hahnemann, de prévenir individuellement la maladie symptomatique.

De mars à Juin 2020, le département clinique de l’Academia Medico Homeopatica de Barcelona (AMHB) a lancé une étude prospective de cas cliniques de Covid 19 traités par homéopathie pour tenter d’obtenir un tableau clinique homéopathique clair de la pathologie. Sur les 107 cas analysés, 103 à une forme modérée ou légère, et 4 cas correspondant à une forme sévère ont été exclus de l’étude. Les critères d’inclusion concernaient des patients présentant de symptômes de toux et/ou de fièvre, de troubles respiratoires, ou ayant eu une infection confirmée ou ayant été en contact étroit avec des patients infectés. A l’analyse des dossiers, 25 des 103 cas recueillis étaient confirmés par PCR, 50 relevaient de contacts proches.

Sur ces 103 cas, 88 ont pu être analysés totalement, pour le tableau symptomatique et aussi l’efficacité clinique.

Les médicaments les plus souvent prescrits ont été Bryonia (29 cas), Arsenicum Album (20 cas), Phosphorus (16 cas) et Gelsemium (10 cas). Les plus efficaces en ce qui concerne le temps de récupération (de 3,5 jours pour Sulfur à 13,7 jours pour Arsenicum Album) ont été Sulfur et Bryonia, médicaments pour lesquels la réactivité clinique rapide du patient est connue. En considérant le facteur « bonne réponse » au traitement, Sulfur (100% sur 6 cas), Pulsatilla et Bryonia ont eu la meilleure efficacité.

Un des points délicats pour analyser cette étude reste le choix des critères d’inclusion qui ne portait pas que sur des patients ayant une infection confirmée ; cependant, il était difficile à l’époque à laquelle s’est tenue cette étude (de mai à juin 2020) de procéder autrement, la réalisation rapide de tests PCR étant souvent difficile.

Les auteurs de cette intéressante étude conduite en Catalogne, tout en ayant atteint l’objectif d’identifier les principaux médicaments homéopathiques de l’épidémie, concluent sur la nécessité, pour un bon médecin homéopathe, de continuer à individualiser le traitement des patients atteints de la Covid 19.

Clapers ML, Velat M, Clapers JM, Vidal-Jové J, Mora J. Analysis of homeopathic genius epidemicus for Covid-19 patients in Spain. Homeopathy 2021; 110:236-243.

Bernard Poitevin

 

Télécharger le document

Enquête observationnelle rétrospective sur une série de 183 patients

Enquête observationnelle rétrospective sur une série de 183 patients consécutifs traités homéopathiquement lors du premier pic COVID-19 en Belgique,

Devos P et al, International Journal of High Dilution Research 2021; 20(2-3):51-74

Abstract :

En Belgique, le premier pic de COVID-19 a été observé entre mars et avril 2020. Cela représentait plus de 300 décès par jour début avril et plus de 1500 nouveaux cas chaque jour durant cette période. Objectifs : Cette enquête observationnelle rétrospective de la pratique homéopathique en Belgique a été menée pour évaluer comment les médecins homéopathes (HMD) traitaient leurs patients présentant des symptômes légers de COVID-19. Méthodologie : 6 HMD ont accepté de fournir des données systématiques sur tous les cas consécutifs traités pour des symptômes de COVID-19 de février à juin 2020. Cette collecte de données rétrospective observationnelle a été comparée aux informations d'un forum d'échange libre de HMD. 13 HMD ont régulièrement participé à ce forum. Résultats et discussion : cette enquête comprend 183 patients présentant des symptômes légers de COVID-19. Une durée des symptômes plus courte que celle couramment observée est pertinente pour 83,1% de ces patients. La durée moyenne typique de la symptomatologie COVID-19 est de 20 jours. Les quatre médicaments homéopathiques les plus utilisés (Bryonia alba/Arsenicum album/Phosphorus/Gelsemium sempervirens) ont été prescrits à 66% d'entre eux. Au total, 1,1% ont dû être hospitalisés. Aucune perte de chance de guérison ne s'est produite pour ces patients qui ont utilisé l'homéopathie pour les symptômes du COVID-19. Les données du marché révèlent également que l'homéopathie a été principalement utilisée en Belgique pour la prévention et la guérison au début du pic de COVID-19 (mars/avril 2020). Conclusion : Cette enquête permet de conclure que lors d'une épidémie pour laquelle aucun traitement efficace n'existe et aucune vaccination n'est encore possible, l'homéopathie pourrait être considérée comme une approche intéressante.

Article à lire :   https://orcid.org/0000-0002-9425-5092

 

 

 

 

La place de l'homéopathie dans la pandémie de Covid 19


La place de l'homéopathie dans la pandémie de Covid 19

 

Différents travaux permettent de montrer qu'aux différents niveaux de la Covid, la prise en charge homéopathique apporte un plus au traitement des patients.

 

  • Dans les formes légères à modérées traitées en ambulatoire, la collecte internationale de comptes rendus cliniques anonymisés, CLIFICOL, a réuni à ce jour plus d'un millier d'observations homéopathiques. Une étude préliminaire a été publiée par Yvonne Fok et Alexander Tournier dans l'International Journal for High Dilution Research : https://www.highdilution.org/index.php/ijhdr/article/view/1080

 

 

 

En Inde le ministère AYUSH ( Ayurveda, Yoga, Unani, Sidda & Homeopathy) a donné son feu vert pour la prise en charge homéopathique des patients Covid dans certains hôpitaux et dispensaires au Kerala : https://www.onmanorama.com/news/kerala/2021/09/24/now-covid-treatment-in-homeopathy-hospitals-in-kerala.html?fbclid=IwAR3qgV2cx9aSimgHJ8DurNqoIyGIHOTskv5dQ-ucf1OjzZoWYREV-3YXdfs

 

 

 

NEWSLETTER AVRIL 2021

Chers confrères,

Nous vivons notre deuxième année de confinement, distanciation, restrictions sanitaires, nous ne nous rencontrons plus, ou seulement par écrans interposés, souvent nos seuls interlocuteurs demeurent nos patients.

Ceux-ci expriment quotidiennement leur fort attachement à notre abord homéopathique, vécu comme un îlot de bienveillance et de soutien individualisé dans un monde qui se sclérose autour d'une thématique virale étouffante à bien des égards.

Le déremboursement a de facto pénalisé les moins argentés d'entre eux, même si certaines mutuelles compensent en partie la perte financière.

Mais il nous faut considérer leur vote muet, leur demande implicite de plus d'humain, de plus d'attention aux singularités de chacun, de plus de souci des souffrances qui ne sont pas univoques autour de nous pour participer à la redéfinition de la notion de soins et de santé.

Beaucoup d'initiatives tentent de fédérer le monde de la « médecine intégrative », il nous faut rappeler que l'homéopathie y occupe une place de premier plan, de par sa large diffusion dans tout le pays (sans parler du monde entier où elle est la deuxième thérapeutique utilisée selon l'OMS).

C'est par notre implication à tous dans les projets portés par le collectif HoméoFrance, et au sein d'HoméoFrance par la SSH pour tout ce qui a trait à la recherche et à l'enseignement, que nous permettrons à la voix de l'homéopathie de n'être pas oubliée mais au contraire de s'exprimer haut et fort.

Nous comptons sur votre adhésion et votre soutien.

Dr Hélène Renoux pour le CA de la SSH

Lire la Newsletter dans son intégralité

 

UA-156467739-1